consultation gratuite

La laparoscopie : un innovation chirurgicale au service de la chirurgie de l'obésité

Connue également sous le nom de la « cœlioscopie », la laparoscopie une technique chirurgicale qui agit sur les viscères de la cavité abdominale dans le but de les rendre visibles par caméra et cela, à travers une ouverture de la paroi abdominale.

Cette méthode a été initialement pratiquée en gynécologie jusqu’à devenir le moyen le plus efficace pour réaliser les interventions de la cavité abdominale  et éviter ainsi les séquelles des incisions suite à la laparotomie.

Les avantages de la laparoscopie

Les avantages de cette technique sont multiples :

- Atténuation des douleurs postopératoires.
- Diminution du risque infectieux et de la durée d’hospitalisation, de la convalescence et de l’arrêt du travail.
- Les cicatrices sont peu visibles.
- Le geste opératoire est plus précis.
- Les complications de la paroi sont minimes.

L’intervention par laparoscopie : mode opératoire

Elle est toujours réalisée sous anesthésie générale et après un bilan médical prescrit par le chirurgien pour s’assurer de la faisabilité de cette technique sur le patient.
Le chirurgien procède d’abord par effectuer de 2 à 5 incisions sur la paroi abdominale, ensuite, il introduit du gaz carbonique sous pression dans la cavité abdominale afin de soulever la paroi et de séparer les différents organes.

Une caméra y est introduite pour une meilleure vision des gestes du chirurgien ainsi que des instruments chirurgicaux afin de réaliser l’intervention.
Et pour finir, le gaz carbonique est évacué et les différents orifices par lesquels étaient introduits la caméra et les instruments sont refermés.

Les différentes complications suite à une chirurgie par laparoscopie

Les complications après une opération par laparoscopie sont rares. Toutefois, dans le cas où elles ont lieu, elles doivent être traitées rapidement.
Il existe un risque de fistule et d’hémorragie comme toute chirurgie du ventre.

Dans le cas d’une sleeve gastrique par laparoscopie, le risque d’avoir des agrafes détachées n’est à pas exclure surtout lorsque le praticien ne maitrise pas bien cette technique.  
De plus, il peut y avoir des plaies dues à l’insertion des instruments ou une impossibilité à réaliser l’intervention faute de difficultés, d’anomalies anatomiques ou d’éventuelles complications ce qui nécessitera le passage à la chirurgie traditionnelle.